Un super spot pour manger asiatique et végane à Paris ?

[by Marguerite]



La devanture ne paye pas de mine. La rue est discrète comme les gens qui nous accueillent à La Palanche d'Âulac. La salle est simple et sobre. Ce restaurant d’inspiration vietnamienne n’est pas végétalien pour suivre la mode. Un œil averti y décèle une vraie démarche militante et cohérente, repérable à quelques menus détails : petites phrases sur la carte, affiches discrètes, sodas équitables, jus frais minute, pailles en verre, etc.


Mais l'essentiel est dans l'assiette. Comme ces deux classiques : les nems aux légumes et seitan maison, délicieux, débordants de fraîcheur et de parfums, et la soupe Pho, son bouillon léger, ses exhalaisons de coriandre douces et typiques, et ses nouilles de riz à la cuisson parfaite.





La salade de fleur de bananier est rafraîchissante. S’y associent des fleurs de bananiers, qui apportent une texture intéressante, et une sauce vinaigrette légèrement sucrée aux fragrances exotiques.





J’ai trouvé le Bo Bun végétalien particulièrement remarquable et réconfortant, avec son bouillon parfumé, sa « viande » végétale (des PST vraisemblablement), marinée et enrobée d’une sauce brune épaisse, et ses vermicelles de riz que j’ai copieusement arrosés de sauce nuoc-mâm maison, exempte de tout produit d’origine animale mais tout aussi goûteuse que la traditionnelle. Et puis les morceaux de nems croustillants, les oignons caramélisés mais encore un peu croquants, les lamelles de concombres, la salade, les pousses de soja fraîches, les cacahuètes finement concassées… Et puis le mélange chaud/froid, les jeux de textures, les saveurs variées, la mâche généreuse, et les effluves qui affolent les narines et invitent au voyage. Que demander de plus ?





D’ailleurs, autour de moi, les « mmmmh ! » retentissent. La soupe Mi Kathi, notamment, fait une heureuse. Sa composition est gourmande : pâtes servies dans un bouillon au lait de coco et curcuma, tofu, parfums de galanga et de feuilles de citronnier. Elle évoque à celle qui l’a choisie son enfance martiniquaise. C’est pour elle un plat coup de cœur, et elle murmure : « quels doux souvenirs des îles », ou encore « c'est la fête dans ma tête ».





Aussi, il parait que les brochettes sont excellentes… Il faudra y retourner pour les goûter, et bien plus encore.


Je note aussi le service ultrarapide, en retenue mais souriant et attentif. Tout est servi dans de grands bols, très copieux, et les prix sont modiques pour Paris. Certains plats existent même en version XL, pour quelques euros de plus. A réserver aux appétits pantagruéliques!


La carte n’est pas pléthorique, mais un choix limité est souvent gage de qualité. Bref, un endroit simple mais délectable, qui pourrait sustenter royalement les véganes mais aussi convaincre plus d’un omni.



La Palanche d'Âulac, 13 Rue Rodier, 75009 Paris

  • Icône Facebook blanc
  • Icône Instagram blanc

© Gens qui sèment 2020, par l'Insolente. 

Nos mots clés : #vegan, #consommationéthique et  #écologie.