Le shorty Callie de Réjeanne : nouveau test de culotte menstruelle

[by Violette]


Cela faisait un moment que j’avais envie de m’y mettre, surtout que l'avis de Fleur sur la culotte mensuelle était dithyrambique. Après avoir consulté pas mal de sites, j’ai finalement jeté mon dévolu sur la marque Réjeanne et sa fabrication française.

Niveau commande, ça a été un peu laborieux, car la marque est victime de son succès, et il y a régulièrement des ruptures de stock. J’avais paramétré une alerte pour être avertie dès lors que le produit serait à nouveau en stock, mais à peine le temps de lire l’alerte et de cliquer, que le shorty était déjà, à nouveau, en rupture. Bien que ce ne soit pas ma plus grande qualité, je me suis donc armée de patience et ai attendu deux mois environ avant de recevoir ma fameuse culotte. Mais franchement [attention spoiler], je ne l’ai pas regretté.


D’abord, la culotte en elle-même : j’ai opté pour le shorty Callie noir, car je souhaitais un modèle sobre et bien couvrant. Premier constat à l’essayage : la culotte taille très bien, elle n’est ni moche ni affriolante : elle est discrète et c’est que je voulais. La bonne surprise ? Le côté rembourré de l’entrejambe n’est pas gênant, mais comme je la porte uniquement la nuit sous un pyjama, je ne suis peut-être pas objective (à tester avec un vêtement plus près du corps donc). Elle est composée de tissus certifiés OEKO-TEX® et sans nanoparticules d’argent.


Ensuite, la protection. D’après le site, le shorty Callie peut absorber l’équivalent de 3 ou 4 tampons. Idéal pour moi qui cherchais une solution pour la nuit, et notamment pour la première nuit des règles, qui peut être un enfer.





On peut bien se l’avouer : les serviettes, la nuit, c’est la galère ! Ça se tord, ça se plie, on ne sait jamais si on l’a mise trop en avant ou trop en arrière. Et même en prenant une version archilongue et ultralarge, j’ai régulièrement taché mes pyjamas. Bref... me voici donc à ma première nuit avec mon shorty Réjeanne. Je craignais de mal dormir, de me sentir mal protégée (cette sensation d’être nue sans serviette ni tampon) et pourtant, au contraire, j’ai dormi comme un bébé ! La culotte est très couvrante et les élastiques la maintiennent parfaitement en place (alors que je bouge beaucoup la nuit) sans pour autant trop serrer. On peut aussi dormir les jambes écartées sans problème. Autre détail que j’ai apprécié : la culotte étant noire, on ne voit quasiment pas le sang lorsqu’on l’enlève, ce que je trouve plus agréable. Enfin, le lavage. Je redoutais un peu ce moment, car il est indiqué que l’on doit rincer sa culotte à la main jusqu’à ce que l’eau devienne claire avant de la passer en machine. C’est le moment ingrat. Je m’attendais à devoir rincer, rincer, rincer... très très longtemps... mais en réalité, c’est très rapide et pas répugnant du tout.


Dernière info, le prix : 39 € pour le shorty Callie. C’est vrai que ce n’est pas donné surtout quand, comme moi, on ne l’utilise qu’une nuit par mois. A 0,3 € la serviette maxi nuit, il me faudra 130 mois donc plus de 10 ans pour amortir ma culotte. Le souci c’est que dans 10 ans, je ne suis pas sure de rentrer encore dans du 38 (hum) ? Cela dit, au-delà du côté économique, c’est surtout le côté confortable et sain que je recherchais et de ce point de vue, le contrat est totalement rempli ! Je ne regrette pas une seconde mon achat et je ne reviendrais pour rien au monde aux serviettes. J’ai même envie d’acheter plusieurs culottes pour pouvoir en porter plus souvent pendant mon cycle (je sais que certaines filles portent leur culotte plusieurs jours de suite mais pour l’instant, j’hésite à me contenter du lavage à la main) !!!

  • Icône Facebook blanc
  • Icône Instagram blanc

© Gens qui sèment 2020, par l'Insolente. 

Nos mots clés : #vegan, #consommationéthique et  #écologie.